jeudi 4 mars 2010

Équité salariale - les mythes et les plaintes

Des employeurs me disent qu'ils n'ont pas besoin de faire l'exercice parce que :
  • les salaires sont tous pareils ou fixes
  • tous les employés sont au salaire minimum
  • les personnes ont déjà le même salaire pour le même poste
  • l'organisation est parapublique ou à but non lucratif 
  • il n'y a plus 10 employés aujourd'hui
D'autres mentionnent qu'ils ne PEUVENT PAS faire l'exercice parce que :
  • ils n'ont plus les informations sur les salaires avant 2003
  • l'organisation a déjà une convention collective
  • il n'y a que des hommes, ou que des femmes
  • les salaires sont fixés par la CCQ (construction) ou un autre décret
Ce sont des mythes : l'obligation s'applique quand même à toutes les entreprises de 10 employés et plus sous juridiction provinciale. Tous les employeurs dans ces deux cas y sont assujettis. Si certains n'ont pas à réaliser toutes les étapes (par exemple les entreprises dont les postes sont tous à majorité masculine) ou pas immédiatement, toutes devront en faire une partie avec au moins un affichage dans les temps requis.

Plaintes
Une large campagne publicitaire et la possibilité de recevoir un important montant rétroactif stimule des employées ou ex-employées à porter plainte en espérant recevoir plusieurs milliers de dollars.

Vaut donc mieux s'assurer d'avoir effectué l'exercice que de devoir le faire dans l'urgence suite à une plainte. Que celle-ci soit jugée fondée ou non, vous devrez alors faire l'exercice sous la "surveillance" d'un agent de la Commission qui sera probablement plus sévère que vous sur la valeur des emplois et les ajustements à y apporter. De plus, dans certains cas, l'entreprise perd son droit d'étaler les versements et doit payer une pénalité.

Pour consulter le dossier entier de l'équité salariale, cliquer sur ce lien : http://alizerh.blogspot.com/...

Aucun commentaire: