mardi 21 mars 2017

Tempête de neige : c'est la faute des RH ! - RH brutes

Un peu d'humour "RH brutes" ...*

Aujourd'hui je fais un peu d'humour noir. Ce qui est arrivé à tout ce monde n'est vraiment pas drôle, en même temps l'humour permet de mieux traiter de ce cafouillage incroyable.

Mardi dernier, toute une tempête de neige nous est tombée dessus et on n'a pas fini d'entendre les gens crier et les décideurs se justifier...

Bon, en partant, on n'est pas vraiment habitués à la neige au Québec, c'est normal que ça soit difficile, non ? #ironie...

Mais quel est le lien avec les ressources humaines ? Facile : si tout le monde a mal réagi - ou plutôt n'a pas agi pantoute... - c'est probablement en partie à cause des gestionnaires ! Démonstration en 7 étapes.
  1. Depuis septembre 2001, la peur a pris le contrôle des neurones de beaucoup de monde. À cause de cette peur, on a mis de la sécurité en place partout, passionnément et sans grande réflexion.
  2. Au nom de cette sécurité et en profitant de la peur des gens pour faire avancer ces changements, on a centralisé, centralisé, et encore centralisé. 
  3. Ensuite, austérité oblige, on a coupé, découpé, recoupé et coupé encore. Remarquez qu'on a surtout coupé sur le plancher et les services à la population. Bizarrement, les cadres et les proches du ministère ont été peu touchés, mais bon, ce n'est pas l'objet de l'éditorial ici... 
  4. Les hyper contrôlés de la fonction publique, ils font quoi ? RIEN. Ceux qui restent deviennent plus ou moins des robots pour survivre dans ce milieu étouffant. Pas d'initiatives, interdites par la centralisation et rendues impossibles par l'austérité.
  5. Les hyper contrôlants, ministres et cadres "imputables", ils font quoi ? RIEN. Ils refusent toute initiative, incluant à eux-mêmes, et prennent leurs décisions et non décisions en comité, de peur d'être imputables de toutes ces décisions prises et non prises. Pas de comité la nuit d'une tempête ? Pas de décision...
  6. En résumé, à force d'avoir peur, de centraliser et de couper, on obtient quoi ? Du monde qui a peur, hyper contrôlé par un pouvoir central qui a peur, et des ressources terrain découpées par l'austérité depuis trois ans...
  7. Mélangez tout ça avec plein de tatas "y a rien là conduire dans une tempête", avec des ministres qui dorment trop bien la nuit et des camionneurs qui s'hostinent avec des remorqueurs : belle recette pour une belle catastrophe...
On peut s'estimer vraiment chanceux que ça ait été une tempête de neige plutôt qu'une tornade au centre-ville ou une invasion d'extra-terrestres. Là on aurait vraiment été dans le trouble...

La semaine prochaine je ferai un billet plus sérieux sur les erreurs RH en arrière de ce cafouillage...

* RH brutes est mon alter ego plus sombre, le ton est plus mordant ou moins sérieux que dans mes billets habituels. Pour plus d'information, voir ce billet explicatif 

mardi 14 mars 2017

Sept S pour réduire le stress

Dans le billet précédent, nous avons vu comment notre cerveau réagissait au stress et un résumé de plusieurs découvertes scientifiques. Après avoir vu un peu sur les causes, voici maintenant des solutions mentionnées par le conférencier Amir Georges Sabongui.

Visualiser pour déstresser...
On sait déjà qu'on peut réduire le stress par de la visualisation positive, du soleil et un meilleur sommeil. Par exemple, le manque de sommeil a le même impact sur la cognition que 0.08 d'alcool dans le sang... et nuit un peu ou beaucoup à la qualité du sommeil. Toutefois, d'autres moyens existent, et voici les 7 S pour s'en souvenir :

Sept S pour réduire le stress
  1. Sourire : même en faisant semblant, il augmente la sérotonine, hormone source de bien-être
  2. Sport : au moins 7 minutes de façon intensive
  3. Social : l'isolement social est pire que la cigarette, l'alcool et l'obésité pour la santé...
  4. Sexe : que dire de plus... 
  5. Steak : la viande rouge génère un précurseur de la sérotonine
  6. Sable : jouer dans la terre - ou en manger (sic) parce que les bactéries qu'elle contient activent elles aussi la sérotonine
  7. Spiritualité : prière, méditation, contemplation et compassion génèrent aussi beaucoup de sérotonine
Les personnalités qui réagissent mieux au stress
Dr Sabongui présente les types de personnalité qui tiennent mieux la pression ou sont moins affectés par le stress. Ce sont les gens qui...
  • sont conciliants
  • recherchent la responsabilité
  • ont le sens du contrôle interne
  • sont optimistes plutôt que réalistes
  • ont un travail ou un autre élément dans leur vie qui a du sens, dans lequel ils se sentent utiles
Cultiver ces traits de caractère serait donc un gage de résilience et d'endurance un stress. 

Dans un prochain billet nous verrons aussi quatre moyens de "recharger les batteries" qui sont également des façons de réduire le stress au quotidien.

Pour aller plus loin

mardi 7 mars 2017

Cerveaux et stress au travail

Je suis tombée sur mes notes d'une conférence d'Amir Georges Sabongui que j'ai vue en 2015. Il était tellement intéressant que je vous en fais un résumé deux ans plus tard...

Pourquoi anticiper nous stresse autant ?
Le cerveau traite les images, réelles ou imaginaires, de la même façon et au même endroit dans notre cerveau. Ensuite le corps ne fait pas vraiment de différence entre le réel et l'imaginaire, entre la réalité et ce qui aurait pu arriver.

Réactions au stress
Quand on "scan" un cerveau sous l'effet du stress on voit que la réflexion disparaît en quelques secondes, 90% du cerveau ne sert plus et le champ visuel rétrécit, dans le temps et l'espace.
Il reste une zone grande comme une amande qui prend le contrôle, qui équivaut à un enfant de 2 ans prêt à fuir ou à se battre.

Le stress de longue durée entraîne la création de cortisol qui demeure dans notre système plusieurs semaines. Les femmes exposées au cortisol de façon prolongée ont 4 fois plus de risques de développer des problèmes cardiaques que les autres, et 10 fois plus pour les hommes.

Différences hommes/femmes
Une chercheuse a remis en question les réactions traditionnelles au stress soit, "fuir ou combattre". Ce serait surtout masculin (ces études ont été faites majoritairement avec des hommes) et seulement chez certains hommes ou certaines situations. En fait, les autres réactions, qui seraient plus fréquentes chez la plupart des femmes et beaucoup d'hommes, seraient de se regrouper et protéger les proches.

On a également observé que, devant un problème à résoudre, le cerveau masculin réfléchit à l'action à accomplir tandis que le féminin évalue les conséquences.

Parenthèse : pourquoi les femmes parlent plus que les hommes ?
Il a commencé par nous parler du cerveau : 3 livres de gras et d'eau, ou l'information circule à 400 km/h. Les découvertes récentes montrent que les femmes ont deux zones de langage dans le cerveau tandis que les hommes n'en ont qu'une. Et les femmes parlent vraiment plus que les hommes : elles utilisent 7000 mots par jour en moyenne, contre 2000 pour les hommes.

Santé mentale
Un des problèmes de santé mentale, c'est qu'on est souvent le dernier à s'en rendre compte. Sa conclusion ?
Quand une lumière s'allume sur un tableau de bord (symptôme), on a tendance à vouloir faire disparaître la lumière (pilule) au lieu d'ouvrir le capot...
Dans le prochain texte, nous verrons comment réduire le stress au travail et dans la vie.

Pour aller plus loin
Centre d'étude sur le stress humain

mardi 28 février 2017

La joke du consultant - RH brutes

Un peu d'humour "RH brutes" ...*

La plupart des consultants d'expérience sont excellents tant qu'ils restent dans leur zone d'expertise, mais de temps en temps, j’en croise un qui n’est pas à sa place...

Un homme en voiture s’arrête et demande à un berger :
« Si je vous dis le nombre exact de moutons dans votre troupeau, est-ce que vous m’en donnez un ? »
Éberlué, le berger répond : « euh... ok ! »

L’homme ouvre son ordinateur, communique avec un satellite, balaie la région, ouvre une base de données et sort un rapport détaillé de 10 pages de son imprimante.

Très fier, il remet le rapport au berger et lui dit « Vous avez exactement 317 moutons dans votre troupeau ! »
« C’est exact... » dit le berger, « choisissez votre mouton ! »

L’homme prend une bête et la dépose dans son véhicule.
Le berger lui demande alors :
« Si je devine votre métier, me rendez-vous mon mouton ? »  – euh, ok !
« Vous êtes consultant » dit le berger.  – Wow, comment avez-vous deviné ?
« Eh bien, vous débarquez sans que je vous aie rien demandé, vous voulez être payé pour me donner une réponse que je connais déjà et surtout, vous ne connaissez absolument rien à mon métier... Et maintenant, rendez-moi mon chien ! »

* RH brutes est mon alter ego plus sombre, le ton est plus mordant ou moins sérieux que dans mes billets habituels. Pour plus d'information, voir ce billet explicatif 

mardi 21 février 2017

Tricheurs en entreprise, des exemples

Ce billet fait partie d'une série sur la question des tricheurs et menteurs en entreprise - cliquer ici pour voir la série complète. Voici pour conclure quelques exploits de "tricheux" que j'ai vus passer, certains exemples sont même drôles...

Recrutement
Le candidat a un trou d'environ deux ans sur son CV :
- J'étais en Alberta, pour le pétrole... J'ai fait des jobines... sur des puits de pétrole...
- Quel genre de jobs, et pourquoi vous n'indiquez pas cette expérience ?
- Ça s'est mal terminé, on avait acheté une ferme en Saskatchewan, juste avant la crise de la vache folle." Coudon, il était dans le pétrole ou l'agriculture ? En Alberta ou en Saskatchewan ?

Un CV indique que le candidat a travaillé à Tunis, Ontario, et Nantes, Québec... Or, les employeurs indiqués ont une adresse située à Tunis en Tunisie et à Nantes en France... Oui il y a bien ces deux villes en Ontario et au Québec, mais quand même !


Vol de temps
Un employé surpris à surfer sur des sites pornographiques plusieurs heures par semaine a tenté de justifier qu'il vivait beaucoup de stress dans son travail et avait bien le droit de se détendre un peu... Il a pu aller se détendre pour de bon à la maison.

Double allégeance
Engagée par une entreprise de rénovation pour faire les descriptions de poste, je discute avec le représentant des ventes. Vantant son grand réseau dans le domaine de la construction, il s'échappe et mentionne qu'il aide les clients à obtenir des services complémentaires. Malgré sa tentative de rattrapage, il a dû admettre qu'il recevait une commission des autres entreprises, à l'insu de son patron. Résultat, il en a perdu son emploi.

Volé par le patron
Des fois ce n'est pas l'employé qui est malhonnête... Un cantinier "sous-traitant" devait acheter les articles à son "patron-fournisseur" pour les vendre durant la journée. Le soir, il ramenait les invendus à l'entrepôt, mais il s'est rendu compte que certains articles disparaissaient durant la nuit ! Lorsqu'il en a parlé à son patron, celui-ci l'a congédié vu qu'il "ne vendait pas assez"...

Papeterie en demande en septembre
Trouvant que la papeterie coûtait cher, un gestionnaire a commencé à faire un inventaire de la papeterie mensuellement au lieu d'annuellement. Il a trouvé que le tiers des fournitures était consommé fin août, alors que leur saison d'embauche avait lieu au printemps. Il semble que certains parents se servaient dans l'armoire... L'inventaire, une bonne façon de déceler les erreurs et les fraudes.

Refus de prendre des vacances
La comptable refusait de prendre des vacances depuis plusieurs années. Lorsqu'elle est tombée malade et a dû s'absenter, la remplaçante s'est aperçu que la dame détournait des fonds sous couverts de transactions de taux de change. Pire, elle utilisait cet argent pour... jouer au casino !

jeudi 16 février 2017

8 conseils pour éviter les tricheurs à long terme

J'ai parlé des tricheurs à quelques reprises dans les derniers mois - vous pouvez voir la série complète en cliquant ici. Voici quelques manières de prévenir l'embauche ou l'arrivée de tricheurs dans son entreprise.

Avant d'embaucher
  1. Les tricheurs "professionnels" soins moins nerveux que la moyenne des gens en entrevue. Si le candidat est trop à l'aise, ou "trop beau pour être vrai", c'est peut-être un candidat exceptionnel, mais il vaut mieux ajouter quelques vérifications à votre processus. 
  2. Valider les références : les tricheurs peuvent être charmeurs, mais tâchez de voir s'ils ont été identifiés comme tels par d'autres entreprises.
  3. Vérifier le parcours et la cohérence entre ce qui est dit dans le CV, en entrevue téléphonique, en entrevue en personne et par les références des employeurs antérieurs. 
  4. Testez dès l'entrevue les éléments qui peuvent l'être : connaissances techniques, langues, habiletés. Les tricheurs sont souvent bons en entrevue et peuvent l'être moins en situation réelle. 
  5. Certains tricheurs sont audacieux, vérifiez les affirmations "exotiques" ou les plus impressionnantes avec des tests et vérifications appropriées. Le candidat dit qu'il est le meilleur programmeur Java en Amérique ou qu'il a travaillé trois ans en Allemagne? N'hésitez pas à lui demander de traduire de l'allemand, lui poser une question sur les lieux de ses emplois ou voyages exotiques, à lui faire passer un test de programmation, etc.
  6. Dans les postes impliquant la manipulation d'argent, de véhicules ou demandant une grande probité, les validations du crédit, du dossier de conduite et du dossier criminel sont peu coûteuses et peuvent vous sauver de mauvaises surprises.
7. Des salaires compétitifs
Une gestion saine et des salaires compétitifs évitent que des employés frustrés se sentent justifiés de se "repayer" d'une façon ou d'une autre.

8. Le sentiment d'appartenance, la meilleure des préventions
Elle ne repose pas sur des caméras, des serrures ou plus de sécurité. Les milieux les plus sécuritaires sont ceux où les gens ont un bon sentiment d'appartenance. Favoriser les activités et les liens entre les employés en marge du travail : ceci demande peu de ressources si on y accorde un peu de temps. Il y a une constante humaine : on triche beaucoup moins avec les gens qu'on apprécie qu'avec ceux qu'on ne connaît pas. Sans compter qu'une équipe soudée identifie plus rapidement les tricheurs.

Pour aller plus loin
Comment détecter la fraude en entreprise

mardi 7 février 2017

10 conseils pour recruter durant une pénurie - no 2

Les candidats de plus en plus sélectifs...
Dans le billet précédent, nous avons vu qu'il y a une rareté croissante de la main-d'oeuvre qualifiée, et que la démographie va amplifier cette tendance pour les prochaines années.

Voici quelques façons de faciliter le recrutement en période de rareté.

Commencer par se remettre en question...
La façon la plus simple de réduire les impacts d'une pénurie est d'abord de réduire le taux de roulement autant que possible.

Ensuite de remettre en question nos choix qui nous portent par réflexe vers les candidats les plus sollicités. Vous n'êtes pas seul à vouloir des candidats de 3 à 5 ans d'expérience acceptant de travailler les fins de semaine au salaire d'autrefois... C'était peut-être "le bon vieux temps", mais on ne peut pas vraiment parler de pénurie...

Les moyens les plus simples quand c'est difficile de recruter
  1. Avoir un processus de recrutement et d'accueil de qualité. C'est encore plus critique durant les périodes de rareté afin d'éviter qu'un candidat ait une mauvaise impression ou accepte une offre concurrente. Dans le même esprit, se rappeler qu'un candidat de qualité reçoit souvent plusieurs offres d'entrevues ou d'emploi. 
  2. Planifier autant que possible les recrutements à l'avance et prévoir un peu plus de temps. La recherche demandera peut-être un peu plus de temps, d'afficher à plusieurs endroits, etc.
  3. Réduire les critères. Le candidat a-t-il vraiment besoin d'un DEC ? d'être parfaitement bilingue ? d'avoir 10 ans d'expérience - québécoise ? 
  4. Afficher à plusieurs endroits, surtout si vous avez toujours affiché au même endroit pour ce type de poste. Si vous ne le faites pas déjà, essayez le Placement en ligne, les journaux locaux, l'affichage interne et externe, Indeed, Facebook, etc.
  5. Équilibrez l'offre d'emploi. Souvent l'offre d'emploi donne peu d'information sur ce qui est offert - salaire, conditions, avantages - et détaille beaucoup (trop) ce qui est demandé - exigences, responsabilités, scolarité...
Les moyens un peu plus exigeants
  1. Élargissez consciemment le bassin de recrutement. Immigrants, finissants et personnes de 50 ans et plus, handicapés, etc. sont sous-employés par rapport aux autres catégories. Plusieurs organismes peuvent vous mettre en contact avec ces bassins de candidats.
  2. Offrez plus de formation aux nouveaux. Il est parfois plus facile de payer un cours d'anglais ou d'Excel que de trouver un candidat déjà totalement opérationnel.
  3. Remaniez le poste pour le rendre plus attractif. Temps partiel, meilleur salaire ou avantages, etc. Rappelez-vous les TI qui offraient des bonus à la signature, des tables de billard et des horaires libres durant la pénurie de 1999...
  4. Questionnez les candidats et nouveaux employés pour améliorer le processus. Le processus est-il rapide, transparent ? Est-ce que les nouveaux employés voient une différence entre ce qui a été annoncé et ce qu'ils obtiennent une fois en emploi ?
  5. Formez les employés à l'interne et impliquez-les dans le recrutement. Un représentant qui surveille des candidats potentiels lors d'un congrès, une réceptionniste qui donne son avis sur les candidats, une chef d'équipe qui aide aux entrevues, tous peuvent aider à dénicher des candidats ou leur donner une bonne impression de l'entreprise.
Pour aller plus loin
Voici quelques billets que j'ai écrits qui complètent le thème :

mardi 31 janvier 2017

Immigrants et emplois

J'ai écrit ce texte encore sous le choc de la tuerie survenue fin janvier dans une mosquée de Sainte-FoyEt je n'écrirai pas le nom du tueur pour les raisons que vous trouverez ici.

Comme humain, on se sent impuissant, on se demande quoi faire... De mon côté, il fallait que j'écrive quelque chose pour essayer d'aider un peu. Alors voici un billet sur l'emploi et la diversité au Québec.

Le paradoxe québécois
C'est un paradoxe : les Québécois sont en général très ouverts à la différence, et très curieux, ouverts et sociables lorsqu'ils voyagent ou rencontrent des gens différents, mais le taux de chômage des immigrants est plus élevé au Québec qu'ailleurs... Pourquoi ? Je ne sais pas. Et les causes ne sont pas tellement importantes, vu qu'on n'y peut pas grand chose sur le plan global. C'est individuellement que j'espère qu'il y aura un changement, par exemple qu'une entreprise envisage d'élargir ses critères à des candidats plus diversifiés pour faciliter son recrutement - quelle que soit cette diversité. Voici trois craintes ou freins à l'embauche et mes réflexions.

L'immigrant manque d'expérience québécoise / il ne parle pas bien le français (ou l'anglais) 
C'est vrai pour certains postes, mais des fois on exagère un peu : a-t-on vraiment besoin d'un "excellent anglais écrit" ? On s'assure de tester les connaissances réellement nécessaires et on valide la motivation du candidat : une personne enthousiaste peut se former rapidement pour les éléments manquants. Ensuite, des études françaises ont trouvé que les immigrants ont moins d'absentéisme et sont plus performants que la moyenne.

Il est surqualifié 
Beaucoup d'immigrants le sont. Les 55 ans et plus, les personnes surqualifiées et les immigrants ont plus de difficulté à se trouver un emploi. Être surqualifié ET immigrant crée une double motivation à se montrer plus loyal et engagé que la moyenne, enlevant les effets négatifs possibles pour l'employeur. Plusieurs employeurs m'ont dit que les "surqualifiés" en font plus dès qu'ils en ont l'occasion. 

Et les accommodements religieux (dé)raisonnables ?
C'est un mythe, les premiers demandeurs étant de très loin les... Québécois de souche, souvent pour des questions de handicap. La religion représente seulement 0.7% des plaintes reçues à la Commission des droits de la personne, et l'employeur a 34 fois plus de chance d'être l'objet d'un autre type de plainte.

Échecs et ressources
On ne se cachera pas c'est toujours exigeant d'intégrer une personne différente de l'équipe déjà en place. Ça demande un peu ou beaucoup d'adaptation de part et d'autre et la personne embauchée a elle-même une grande part de responsabilité dans le succès. Si on veut que ça fonctionne, il faut y mettre les ressources nécessaires et donner peut-être un peu plus de temps que pour les autres au début. Il existe aussi des ressources externes et des subventions pour faciliter l'intégration des immigrants, des handicapés, des 55 ans et plus, etc.

La meilleure raison
Au final, la meilleure raison pour favoriser l'embauche de gens différents, c'est qu'elle est un formidable levier pour la pérennité et la rentabilité de l'entreprise. Accroître la diversité a un impact direct et mesurable : il augmente le chiffre d'affaires, de 5 à 15% selon une étude récente.

Pour aller plus loin

mardi 24 janvier 2017

Jusqu'à 100% du salaire subventionné pour un emploi d'été ? Dépêchez-vous !

Vous aimeriez engager un étudiant pour l'été ? Différents programmes existent pour subventionner ces emplois. Par contre, vous devrez faire vite, la date limite pour certains programmes étant le 3 février, et entre mars et mai pour les autres.

J'avais présenté trois programmes de ce type en 2015, et j'avais mis à jour ces informations avec le programme bonifié de Service Canada l'an dernier. L'information est majoritairement à jour, à valider selon votre situation personnelle. En voici un résumé :

Service Canada - date limite : 3 février
Le programme s'adresse aux étudiants de 15 à 30 ans à temps plein. Les OBNL peuvent obtenir une aide financière jusqu'à 100% du salaire minimum, et les employeurs publics et les PME de 50 employés ou moins, jusqu'à 50%. Les demandes doivent être faites avant le 3 février pour l'été suivant. Pour plus d'information, cliquer ici.

Programme Desjardins au travail - date limite : selon les régions
Financé par les Caisses Desjardins, ce programme permet d’offrir un premier emploi d’été à des étudiants âgés de 14 à 18 ans. Les employeurs désirant participer au programme doivent s’inscrire au CJE de leur région. En 2015, dans ma région (Terrebonne-Mascouche), la date limite était le 7 mai. Desjardins résume l'esprit du projet ici (cliquer sur Desjardins - Jeunes au travail au bas de l'écran). Informez-vous auprès de votre CJE, pour trouver votre CJE, vous pouvez cliquer ici.

Fonds étudiant FTQ - date limite : entre le 15 mars et le 15 mai
Le programme veut favoriser la création d’emplois d’été à caractère éducatif et social pour les étudiants des niveaux secondaire à universitaire. Les employeurs admissibles sont les petites entreprises, les OBNL, les organisations syndicales et les coops. L'aide financière peut aller jusqu'à 90% du salaire brut. Pour plus d'information, cliquer ici.


mardi 17 janvier 2017

Employés qualifiés : pénurie en vue - no 1

La rareté de main d'oeuvre revient en force selon un article paru dans la Presse+ du 12 janvier dernier : Employés recherchés, désespérément. Le chroniqueur résume l'analyse de Statistique Canada pour l'emploi au Québec.

Une des données intéressantes : 84 % des 25-34 ans occupaient un emploi fin 2016. C'est un taux jamais vu depuis que cette donnée est suivie, soit 40 ans! Le chômage au Québec a également atteint le creux historique de 7.1% en 2016.

Concrètement, ça se traduit par des difficultés croissantes de recruter des employés, surtout des gens qualifiés, ou disponibles pour des horaires atypiques ou des tâches difficiles.

Et ces hausses sont en grande partie dues à la création d'emploi, entres autres stimulée par la baisse du dollar qui favorise le tourisme et les exportations, la construction des infrastructures et les technos vigoureuses. 

À ceci s'ajoute le fait qu'on recommence à dépenser dans le secteur public. Près de la moitié des 88 300 emplois créés au Québec depuis 6 mois l'ont été dans le secteur public. 

Ces facteurs circonstanciels sont amplifiés bien sûr par la tendance à long terme de la baisse des remplacements : il y a déjà actuellement plus de gens qui quittent à la retraite que de nouveaux employés qui les remplacent...

Les gagnants depuis 10 ans :
  1. Technologies de l’information, des services informatiques et des jeux vidéo + 37 %
  2. Services professionnels suit (ingénieurs, avocats, comptables) +32 % 
  3. Hébergement et restauration +31 %
Et la construction vient au 6e rang avec +27 %.

Les perdants :
  1. Foresterie -20%
  2. Fabrication -15%
  3. Agriculture -13%
Nous verrons dans le prochain billet des solutions pour faciliter le recrutement en période de pénurie...