mardi 11 juin 2019

Liste utile pour de bonnes vacances

Avec la chaleur qui vient enfin d'arriver, je me sens moins mal de vous écrire un dernier billet avant la pause estivale et vous souhaiter un très bon été. Je vous remercie de lire mon blogue et vous invite à revenir nous lire à partir de la mi-août.

Je vous rappelle ces deux billets passés, d'abord plusieurs liens utiles pour les vacances dans mon billet de l'an dernier ainsi que 4 moyens de recharger les batteries.

Voici aussi ma "liste pré-vacances", afin de partir l'esprit plus tranquille et en profiter pleinement.

De 6 semaines jusqu'à 1 semaine avant les vacances : 

[x] indiquer "occupé" dans l'agenda pour les vacances
[x] indiquer "occupé" pour la dernière journée avant de partir
[x] indiquer "occupé" pour la première journée de travail et garder le temps pour retourner les 120000 messages reçus...
[x] répartir le travail pour tenir compte des vacances, déléguer les projets
[x] trouver et aviser un remplaçant
[x] aviser mon assistante et mes collègues les plus proches
[x] compléter mes comptes de dépenses, comptabilité, etc.

De 3 à 2 jours avant :

[x] programmer les paiements à passer durant les vacances
[  ] envoyer des courriels aux collaborateurs et clients réguliers
[  ] noter à l'agenda les points à voir au retour
[  ] noter au jour du retour de remettre la boîte vocale normale

Le dernier jour (ou avant !) :

[x] programmer le transfert de courriel
[  ] enregistrer le message d'absence sur la boîte vocale
[  ] envoyer un courriel à mes assistant/remplaçants avec les instructions de dernière minute
[  ] planifier le travail pour terminer à midi, avec une ou deux heures pour les urgences

L'infolettre sera de retour à la mi-septembre, bon été, bonnes vacances !

mercredi 5 juin 2019

Chiâler ou s'adapter... - éditorial

C'est vraiment  plus difficile de recruter ces temps-ci, en même temps, il reste encore beaucoup, beaucoup de candidats qui n'arrivent pas à trouver un emploi. Et il y a encore beaucoup d'employeurs qui ne semblent pas s'adapter au marché de l'emploi depuis qu'il est en faveur du chercheur d'emploi.

Voici quatre exemples d'employeurs qui déchirent leur chemise sur la place publique au sujet de la pénurie mais qui ne semblent pas faire beaucoup d'efforts pour s'adapter...

Employeur no 1 
Entendu : Sans aucune aide du gouvernement, nous tentons de recruter des dizaines d'employés et la pénurie nous empêche de produire à pleine capacité.

== Constaté : Plusieurs recruteurs ont occupé le poste en quelques mois. Un programme GRATUIT avec Emploi-Québec leur proposait des candidats immigrants. Ils étaient très intéressés, mais une fois la liste reçue, pas de réponses aux appels et courriels.
En prime : Emploi-Québec voudrait bien les aider mais ils sont très difficiles à joindre...

Employeur no 2
Entendu : Nous devons maintenant fermer certains jours, car nous n'avons plus assez d'employés pour assurer le service aux clients.

== Constaté : Peu avant cette sortie publique, mon équipe les a contactés pour leur offrir un programme GRATUIT pour les aider à mieux recruter. Leur réponse : "on n'en a pas besoin".

Employeur no 3
Entendu : Nous en sommes rendus à dépenser des centaines de milliers de dollars pour faire venir des gens de l'étranger. Les Québécois ne veulent plus travailler fort comme avant...

== Constaté : Un étudiant me disait avoir tenté d'appliquer là, et il s'est fait dire que l'entreprise préférait des gens d'expérience - pour un job difficile, physique, au salaire minimum...

Employeur no 4
Entendu : Nous n'arrivons pas à combler notre chiffre de nuit, aidez-nous à recruter!

== Constaté : Leurs outils de recrutement sont plutôt sélectifs : dès qu'un candidat déroge à leurs critères, il n'est pas considéré. Leur taux de roulement est très élevé.

Chiâler ou changer?
Je peux comprendre la détresse de plusieurs employeurs face à la rareté croissante. Là où je trouve ça plus difficile, c'est quand on suggère certains changements, et que plusieurs entreprises répondent  « C'est impossible! »

Impossible? Ce seront alors les compétiteurs qui auront augmenté les salaires, assoupli l'horaire ou changé leurs critères d'embauche qui conserveront les meilleurs employés.

Après ces contre exemples, voici un billet pour aider à convaincre les gestionnaires de faire des changements.