lundi 12 septembre 2011

Recruteurs : demandez vous l'impossible ?

J'ai répondu dernièrement à une question sur Linkedin au sujet de la pénurie de talents. Sa question est très pertinente et fréquente chez les chercheurs d'emploi :

Comment se fait-il qu'on parle tant de pénurie, alors que beaucoup de candidats très intéressants peinent à trouver un emploi de qualité ?

J'ai pensé à un échange que j'ai eu avec un recruteur : "Un de mes clients cherche une secrétaire parfaitement bilingue. Très difficiles à trouver, surtout pour le centre-ville. Ensuite, il a voulu ajouter le Cantonnais dans les requis, puis la mise à jour du site internet. Tout ça pour 38K par an, je lui ai dit que je ne prenais plus le mandat, parce que ce qu'il cherche N'EXISTE PAS !" Au lieu de ré-évaluer, le client a fait affaire avec un autre recruteur, mais il en serait rendu à son 3e essai.

Ensuite, il y a la tendance à recruter toujours le même profil, même lorsqu'on peine à trouver des candidats. Comment déterminer si ce que vous cherchez est réaliste avec le marché du travail ? Si le nombre ou la qualité des CV reçus est faible, il est fort probable que vous devriez ré-évaluer votre offre, soit pour mieux la vendre à un profil différent, soit pour augmenter l'offre.

Comment savoir ce qu'il faut ré-évaluer ?
  • Surveillez les offres d'emploi similaires
  • Prenez des conseils auprès des recruteurs d'expérience
  • Validez le salaire moyen auprès de votre "réseau RH"
  • Contactez votre comité sectoriel ou votre conseiller d'Emploi-Québec
En situation de pénurie, certains se lancent dans le recrutement parce que ça devient très payant. Il faut alors faire attention aux promesses irréalistes. Si on vous promet la lune, si c'est trop beau pour être vrai, c'est que ça l'est... Vous risquez devoir recommencer le recrutement dans 3 semaines ou 3 mois ou pire : embaucher la mauvaise personne... et la conserver !

3 commentaires:

Carole Nadeau a dit…

Selon les critères demandés, quel aurait dû être le salaire offert?

Merci

Carole Nadeau

Cybele Rioux a dit…

Minimum 45-50K, et plus selon l'expérience demandée et les responsabilités. Je doute également qu'il y ait un grand nombre à Montréal de personnes trilingues (cantonnais) capables de s'occuper du site web - ou souhaitant le faire.

Cybele Rioux a dit…

Une amie qui fait de la chasse de tête a refusé un mandat récemment parce que le client a trop d'exigeances. Il cherche un DRH avec expérience du milieu manufacturier et syndiqué, en SST, et en amélioration continue, parfaitement bilingue, disponible le soir, la nuit et même des fois la fin de semaine, qui ne compte pas ses heures et le tout en 6 semaines!